SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE 2005


enter l'anglais et le slovaque

III- La langue

 

1-     Entre anglais et slovaque

 

La communication au départ n'a pas pu se faire avec tous les habitants du pays. Je parlais en anglais avec Danka bien sûr, mais aussi Janka Bitalová et quelques mots avec le pasteur ou certains jeunes de Hrachovo. C'était frustrant pour moi de ne pas pouvoir parler ou comprendre les enfants et adolescents du foyer, les éducateurs et tous les autres. J'étais réellement motivée pour apprendre la langue qui est le slovaque.

Quelle langue étrange à mes oreilles ! Lorsque j'étais à table avec des professeurs, à l'école par exemple, je ne comprenais pas un seul mot et n'arrivais même pas à les distinguer les uns des autres. Janka passait beaucoup de temps avec moi et m'a enseigné quelques expressions et mots utiles. Ce fut un vrai bonheur le jour où j'ai eu ma première conversation en slovaque avec une fillette du village qui se promenait aussi, une semaine après mon arrivée : « Comment tu vas ?

-         Bien et toi ?

-         Bien. Comment tu t'appelles ?

-         Gaëlle

-         Comment ?

-         Ga-ëlle

-         Ah… (N'ayant toujours pas compris) Moi c'est Veronika (je ne me souviens pas du prénom exacte). Tu viens d'où ?

-         De France.

-         Tu as quel âge ?

-         Dix-huit ans et toi ?

-         …… »

La suite je ne m'en rappelle plus et je n'ai rien compris, mais j'ai quand même réussi à lui dire « nerozumiem » (je ne comprends pas).

 

Après trois semaines j'ai déménagé pour la maison de Madame Kucejová où j'ai énormément progressé. En effet, on n'avait toutes les deux aucune langue commune pour parler, donc à force de gestes, de répétitions, de films en slovaque et de recherches dans le dictionnaire, j'ai commencé à communiquer. Mon voisin Janko venait souvent et il me mimait tout ce qu'il disait pour me faire comprendre, ce qui était parfois pire !...

Ma motivation pour l'apprentissage du slovaque s'est un peu relâchée vers décembre, car je vivais sur mes acquis, étant capable de comprendre un minimum. Mais quand je m'en suis aperçue, j'ai repris mes listes de vocabulaire et mes exercices et à présent je comprends même un peu le tchèque !

Maintenant je peux bien me débrouiller dans cette langue, même si certains mots me bloquent. Je parle même complètement en slovaque avec des personnes qui connaissent l'anglais telles Danka, Pet'o et Lucka, Janka etc. Cette langue me manque, car si difficile soit-elle, elle est très jolie et je ne veux pas la perdre. A moi de continuer d'apprendre, d'écrire et parler quelques fois au téléphone ou de chercher à rencontrer une personne slovaque. En tout cas j'espère bien retourner en Slovaquie d'ici quelques années.

 


05/10/2006
5 Poster un commentaire

mes activités

2-     Mes activités

 

MON EMPLOI DU TEMPS

 

 

Matin

Après-midi

Lundi

9-11h : ZŠ*→aide administrative

14-15h : cours de français au lycée économique de Rimavská Sobota

15h30-17h : ZŠ→ leçon de slovaque

Mardi

 

7h30-12h : aide cours d’anglais au lycée de RS

14-17h : foyer des enfants

Mercredi

 

12h15-13h : ZŠ→ cours d’anglais

14-17h : foyer des enfants

18h-19h30 : leçon de slovaque chez Danka

Jeudi

 

15h30 : ZŠ→ leçon de slovaque

18-21h : foyer des enfants

Vendredi

11h25-12h10 : ZŠ→ cours de religion pour les protestants (flûte)

13h15 : ZŠ→ cours de religion pour les protestants

14-17h : foyer des enfants

Samedi

 

14-19h30 (aléatoire) : rencontres de jeunes chrétiens (dorast)

Dimanche

 

9h30-10h30 : école du dimanche

 

ZŠ (základná škola)= école élémentaire, cad primaire et collège, à Hrachovo

 

            Au début de l’année, j’aidais Anka, la directrice adjointe de l’école, à tamponner des papiers, etc., ensuite j’ai toujours tapé des textes en slovaques, écrits à la main par des élèves, sur l’ordinateur. C’est un bon exercice pour m’imprégner de la langue, mais fatigant.

 

            Pour mes cours de français, j’avais d’abord une dizaine d’élèves, puis environ cinq, puis sont restées deux filles, qui étaient vraiment intéressées. Les cours de l’après-midi sont facultatifs donc on n’est jamais sûr d’avoir tout le monde.

 

 

           

 

Danka et moi, on préparait tous les lundis soirs les cours d’anglais pour le lendemain : dessins, recherches sur Internet, etc. Au bout de six mois on n’était plus aussi efficaces !... Je venais dans 4 classes différentes et suivants le thème étudié, on essayait de préparer des cours de conversation pour forcer les élèves à parler anglais.

 

Deux cours par semaine m’étaient donnés par Anka, à l’école, qui m’enseignait la grammaire, et un avec Danka, avec qui j’apprenais plus le langage du quotidien. Je détaillerai plus tard mes cours de slovaque.

 

            Le premier « cours » de religion avec le pasteur était avec de jeunes enfants. Je jouais de la flûte pour les faire chanter et je regardais un peu comment ça se passait. Le deuxième cours était avec certains adolescents du foyer des enfants, et des fois c’était assez libre (football ou ping-pong) !

 

            Le foyer des enfants (detský domov) est l’endroit où j’ai passé le plus de temps, c’est aussi pourquoi j’ai choisi ce projet, désirant travailler dans le milieu du social. La plupart des quelques enfants et ados sont Rom, avec un léger handicap mental ou un retard. Leurs parents ne peuvent pas les élever correctement, à cause de l’environnement où ils vivent et de leur mentalité, c’est pourquoi ces enfants habitent ensemble toute l’année, encadrés par des éducateurs. Ils sont divisés en « familles », c’est-à-dire en groupes d’enfants et éducateurs, et il y a jusqu’à présent cinq familles dans trois bâtiments, à Hrachovo.

Mon travail était d’être là pour eux et pour aider les éducateurs de n’importe quelle façon. Je pouvais aussi bien jouer ou regarder la télévision avec eux, que les aider à faire leurs devoirs (sauf en slovaque !), discuter ou me promener avec eux…

Je suis arrivée dans une période pleine de changements, ce qui n’a pas été facile pour trouver ma place et comprendre ce qui se passe. Une nouvelle famille est arrivée en janvier, deux adolescents sont partis pour se faire soigner, quelques enfants ont été changés de famille (sans raison apparente), ce qui a bouleversé les habitudes de tout le monde. C’était tout un remue-ménage lorsqu’il a fallu déplacer des armoires et des kilos de linge !...

Malgré cela, j’étais contente de pouvoir être utile dans ces moments-là, et je me suis attachée à eux.

 

 

DES CHANGEMENTS

 

            Par rapport à mon projet de départ, j’étais surprise de découvrir que certaines activités écrites n’existaient pas ou plus. Une ou deux fois par semaine, il y avait un Club pour les ados du foyer, où leur étaient proposées différentes activités. Mais en septembre 2005, Danka, qui en était responsable, l’a arrêté par manque de temps, ce qui me laissait de grands vides dans mon emploi du temps. Les petits travaux de construction ou peinture n’avaient pas lieu non plus, sûrement parce qu’il n’y avait pas besoin de moi. Après le mois de septembre où j’étais souvent confrontée à l’ennui, j’en ai parlé à Danka et on a revu ensemble mon emploi du temps. J’ai donc accepté de travailler quelques fois le week-end et d’avoir peu d’activité les matins, par exemple.

Au début de l’année j’étais donc plutôt déçue et me demandais ce que mon projet allait m’apporter, mais les choses se sont installées et je me suis habituée à la vie là-bas.


05/10/2006
0 Poster un commentaire

les seminaires

3-     Les séminaires

 

PREMIER SEMINAIRE à Ružomberok

 

            Du 14 au 18 octobre, je suis partie en bus à travers le pays pour une jolie ville où j’ai rencontré les autres volontaires qui sont arrivés à peu près en même temps que moi en Slovaquie.

            Nos deux « formateurs » s’appelaient Soňa et Martin, ils étaient supers et ce petit séjour était formidable. Sur 20 volontaires, on représentait 11 nationalités différentes ! On n’a pas tous les jours l’occasion de rencontrer une estonienne, une bulgare ou même une suédoise ! On apprend sur la culture de l’Autre, on s’enrichit par les différences en discutant, on danse, on joue et on prend des fous rires !

Le programme était très intéressant : présentation de son projet et difficultés, travaux en équipe (pièce de théâtre mélangeant des contes de différents pays ou encore réalisation d’un éléphant qui bouge à partir de n’importe quel matériau), présentation de la Slovaquie, des droits et responsabilités du volontaire et de sa structure d’accueil, etc.

Un après-midi, on a été partagés en groupes avec des questions et il nous a fallu les poser aux habitants, nous qui ne connaissions pas encore la langue, heureusement on a rencontré quelques personnes parlant anglais (ou allemand).

Le lendemain on nous a amenés dans un petit village en montagnes, Vlkolínec, qui est inscrit dans le patrimoine de l’UNESCO, car il est resté traditionnel, avec 45 bâtiments en bois.

 

            Je suis repartie de ce séminaire vraiment motivée pour prendre des initiatives dans mon projet, aller dans tous les coins de Slovaquie voir les autres volontaires, en bref, pour tirer profit de mon SVE, même si ce n’était pas toujours ce à quoi je m’étais attendue.

 

   

 Des volontaires d’Allemagne, d’Espagne, de Hollande, de Lettonie et  d’Estonie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les quatre français

 

MON DEUXIEME SEMINAIRE à Žilina

 

            Pour moi, cette rencontre était plutôt en fin de SVE qu’au milieu, du 6 au 9 mars et ça m’a permis de faire un bilan sur mon volontariat. Ce séminaire était plus court d’un jour donc on n’a pas perdu notre temps, il a été également très riche. Nos formateurs étaient Soňa et Tibor.

On a tous pu prendre la parole et on a partagé nos expériences et nos points de vue. Le lundi 6 au matin, on a tracé sur le sol une carte de Slovaquie grâce à des fils et chacun a indiqué l’endroit où il habite et avec qui il a gardé contact. On a ensuite déterminé ensemble nos attentes de ce séminaire.

L’après-midi on a présenté nos six mois de SVE avec des panneaux : les activités professionnelles, les activités personnelles et l’intégration dans la communauté slovaque. C’est à ce moment que j’ai réalisé que mon SVE, malgré des hauts et des bas, m’a été très enrichissant, surtout sur le plan personnel.

           

Le mardi matin, divisé en 3 groupes, on a essayé de tester nos connaissances sur notre pays d’accueil grâce à un quiz sur des choses multiples, des dates à relier avec des événements historiques et des expressions en slovaques à traduire.

Puis on est allé marcher dans la neige, jusqu’au chalet de Soňa, dans la montagne, et c’était assez difficile de progresser en ayant de la neige jusqu’aux genoux.

           

On a traité les conflits le mercredi, on a essayé par groupe de présenter un problème sous forme choisie (scénette, jeu de l’oie, marionnettes) et de trouver ensemble une solution.

L’après-midi a été consacré à une réflexion personnelle - bilan sur ce que m’a apporté le SVE par rapport à ma façon de penser, mes capacités, mon pays, les autres pays… Puis on l’a partagé en groupe et essayé de résumer tout cela.

 

            Les soirées étaient assez libres (concert jazz dans un bar ou bien jeux et discussions à l’intérieur) et le dernier soir on est allé au restaurant, et on a fini la soirée à la galerie où travaillent trois des volontaires. On a passé de bons moments a faire des jeux théâtraux et regarder un film sur l’Afrique.

 

            J’étais triste de partir, sachant que je ne les reverrai sûrement jamais et que mon SVE allait se terminer.

 

 


05/10/2006
0 Poster un commentaire

Mes rencontres

II- Mes activités hors SVE

 

1-     Mes rencontres

 

Durant ces sept mois j'ai rencontré beaucoup de gens desquels je ne peux pas tous parler. Voilà ceux qui ont été importants pour moi ou qui m'ont marquée, avec leurs vrais noms.

Danka (Danica Kurčíková) → c'est la première personne que j'ai rencontrée en Slovaquie, elle était venue m'attendre à la gare de Košice. Officiellement, elle était ma coordinatrice, mais elle était aussi une amie pour moi. Au début de mon SVE, lorsque j'ai eu quelques problèmes avec mon emploi du temps, je me suis tournée vers elle et elle sait être disponible quand il y a besoin. Avec elle j'ai aussi fait des cours d'anglais au lycée de Rimavská Sobota, je suis allée au bal, j'ai fait le réveillon du jour de l'An, etc. C'est une jeune femme formidable.

 

Janka (Janka Bitalová) → quand je suis arrivée, elle était encore en vacances donc on a passé beaucoup de temps ensemble et on s'est bien entendu. Grâce à ses 25 ans, elle était de bon conseil pour moi et est devenue ma tutrice, car celle qui était prévue n'était pas disponible. Janka m'a fait sortir un peu : on est allé voir un concert, on s'est promené toutes les deux et je savais que sa porte était ouvert quand elle n'avait pas trop de travail et que j'en ressentais le besoin.

 

 

 

 

Anka (Anna Krňanová) → elle a été ma prof de slovaque deux fois par semaines, ce qui était assez dur au début, car elle ne parle que quelques mots de français. Elle m'a invitée plusieurs fois chez elle et même lorsqu'elle a fêté ses 50 ans. C'est une femme douce et souriante, patiente.

 

 

 

Teta (Blažena Kucejová) → ce nom Teta signifie « Tante » en slovaque. On appelle comme ça les dames d'un certain âge pour ne pas les nommer par leur prénom ou « madame ». Teta a été la dame chez qui j'ai habité, après trois semaines à Hrachovo, car elle était seule. N'ayant plus son mari, elle s'est retrouvée avec ses poules pour seule compagnie, car son fils s'est marié et sa fille de deux ans de plus que moi étudie. Elle est très bavarde sur sa vie et toutes sortes de choses mais ne parle que slovaque, ce qui m'a fait progresser à grande vitesse, mais ce qui était parfois pénible pour moi. Elle était toujours d'une grande attention pour moi, souvent excessive à mon goût, mais elle est gentille.

 

Janka (Janka Kucejová) → c'est la fille de Teta, que je voyais tous les week-ends et avec qui je me suis bien entendue. C'est elle qui m'a fait découvrir d'autres jeunes du village, après que je lui ai demandé si je pouvais l'accompagner au bar. Elle a un fort caractère. Elle ne parle pas anglais mais parle très vite, ce qui me demandait un grand effort de concentration pour communiquer avec elle.

 

 

 

Ivanka (Ivana Šusteková) → elle était ma voisine de presque 21 ans avec qui j'ai commencé à parler après trois mois (elle ne parle que slovaque également) et avec qui je me suis vraiment bien entendue. Elle est devenue une amie et confidente, me confiant aussi des choses, mais aussi une fille avec qui j'ai bien ri et avec qui je suis sortie. Elle va bientôt partir en SVE en Autriche.

 

Janko (Ján Šustek) → le frère de 14 ans d'Ivanka, qui était souvent chez nous pour discuter et rigoler, parce qu'il s'y sent bien. Communiquer avec lui au début était dur, il me faisait des mimes tout le temps pour m'expliquer ce qu'il disait et même à la fin de mon SVE j'avais du mal à le comprendre quand il parlait avec un langage familier.

 

Peťo et Lucka (Peter et Lucia Kucejovci) → Peťo est le fils aîné de Teta et il habite depuis septembre 2005 avec sa femme Lucka, à Banská Bystrica. Ils sont plus âgés que moi mais sont des amis aussi. Je suis allée chez eux une ou deux fois et on a beaucoup discuté de choses et d'autres. Ils sont protestants très croyants et ont une façon de voir la vie pleine de joie et de bonheur, avec le service aux autres et à Dieu. C'est un jeune couple super.

 

 

Janna → je ne connais même pas son nom de famille, elle est allemande. Je l'ai rencontrée à Rimavská Sobota où elle passe un an à étudier dans un lycée, alors qu'elle a à peine 17 ans. On ne s'est vu que trois fois, mais le courant entre nous est bien passé. Cela fait toujours plaisir de discuter avec un étranger comme nous, on peut échanger nos points de vue et comparer la Slovaquie avec nos pays natals. Elle est tellement dans le « bain » du slovaque, qu'elle a du mal à parler en anglais, alors nous avons communiqué en slovaque ! 

 

Pán Farar (Marián Bodollo) → c'est le pasteur, d'où son titre « Monsieur le pasteur ». J'ai travaillé avec lui plusieurs fois par semaine, dans ses cours où je jouais de la flûte pour les enfants, mais aussi quelques samedis avec les jeunes d'une 15aine d'années où on discutait, priait et jouait au ping-pong. Il m'a amenée jusqu'à Budapest pour mon retour, avec Janka B. Il est jeune, marié et a une petite fille d'environ 3 ans.

 

 

Et puis il y a tous les autres : les volontaires français ou d'autres pays que j'ai vus avec plaisir, un Monsieur français (originaire de Haute-Loire !) qui habite maintenant en Slovaquie avec sa femme et son fils hongrois, les élèves des cours de français ou d'anglais, les jeunes de Hrachovo avec qui j'ai passé des moments, Mirka, la fille d'Anka, qui m'a fait visiter Košice, etc.


05/10/2006
0 Poster un commentaire

mes loisirs

2- Mes loisirs

 

Ø      Bars

J’ai découvert leur existence en novembre (il y en a deux dans le village) grâce à Janka Kucejová qui m’a ainsi présenté des amis à elle. On allait presque tous les week-ends boire un thé ou un soda pour discuter, mais c’était parfois ennuyeux, surtout pour moi, car il n’y a pas beaucoup d’ambiance…

 

Ø      Aérobic

De décembre à janvier, une dame a proposé de l’aérobic à la maison culturelle de Hrachovo. On était plusieurs à y aller, de 13 à 50 ans environ et ça faisait du bien de faire un peu de sport et de se déhancher au rythme de la musique. Malheureusement on a arrêté, car il n’y avait plus assez de monde donc ce n’était pas rentable.

 

Ø      Patinage

En janvier, je suis allée patiner sur le lac qui était gelé, avec Ivanka et deux copains. J’avais très peur que la glace craque, et puis parce que je n’avais patiné que deux fois auparavant. J’ai quand même réussi à tenir debout et avancer !

 

Ø      Visites

Lorsque j’avais des moments de libre non occupés, j’allais souvent chez Janka Bitalová où chez Ivanka. Dans un village, les gens crient par la fenêtre pour s’appeler, c’est ce que faisait Ivanka pour me parler quand elle n’avait pas le courage de sortir de chez elle !... On a passé du temps toutes les deux à s’amuser ou discuter. Son frère Janko était aussi souvent chez nous.

 

Ø      Silvester

J’ai passé le réveillon du 31 décembre avec Danka et toute sa famille, ainsi que d’autres amis. Je pensais qu’on allait danser ou jouer, mais c’était plutôt calme : puzzle ( !), films et discussions. A minuit les pétards et feux d’artifice éclatent de tous côtés !

Ø      Le bal

C’est l’une de mes plus belles expériences en Slovaquie, car c’était mon rêve d’aller un jour à une soirée comme celle-là et de porter une longue robe. J’ai loué une robe et en les essayant dans le magasin, je me sentais l’âme d’une princesse. Il s’agissait d’un bal organisé par une classe du lycée et tout le monde portait une robe de soirée ou un smoking. Les musiques étaient principalement des chansons traditionnelles slovaques, sur lesquelles on peut bien danser et s’amuser.

 

Ø      Un peu de sport

Quand il a fait beau avant et après l’hiver, je suis allée faire du vélo dans les alentours, seule où avec des amis. Il y a un petit lac dans le village voisin non loin de Hrachovo où on allait souvent.

A la fin de mon SVE j’ai trouvé la motivation pour aller courir et j’y suis allée trois fois en tout (un record !), seule où avec un ou deux amies. C’est assez agréable de courir sur du plat, sous un rayon de soleil, jusqu’au lac.

 

Ø      Le « karneval »

Ivanka m’a proposé d’y aller, en février, car il se passait dans un village voisin et sa petite cousine y allait également. Elle m’a assuré qu’elle se déguiserait en princesse et qu’on s’amuserait bien. Effectivement l’ambiance était amicale et, au milieu de tous les enfants, on a défilé pour le concours du plus beau costume et on a dansé avec eux et quelques parents. Ne pouvant montrer que j’étais « déguisée » en française, je me suis improvisée un costume de Miss France.

Ø      Concert

L’avant-dernière semaine de mon SVE, il y avait un concert de blues-rock chrétien à Banská Bystrica, par un groupe composé de copains de classe de ma tutrice Janka. On y est allé avec Janko et malgré quelques petits problèmes techniques, la musique était sympa. On a ensuite dormi tous les trois dans le petit appartement  de Peťo et Lucka.

 

Ø      Discothèque

La première fois que j’ai eu l’occasion d’aller en boîte de nuit en Slovaquie, j’étais avec d’autres volontaires, dans le nord-est. La musique n’était pas toujours à mon goût, mais c’était agréable de se retrouver et de danser ensemble.

La 2ème fois, une discothèque était organisée dans la maison culturelle de Hrachovo, où l’entrée était à 20 couronnes (environ 0,50 € !). J’aime bien la musique dans la plupart des boîtes en Slovaquie, car il y en a pour tous : de la techno aux rap en passant par les hits et des chansons plutôt traditionnelles slovaques !

Puis je suis allée avec Ivanka et une copine à une ville à une vingtaine de kilomètres, la nuit où on est passé à l’horaire d’été, on a donc perdu une heure ! L’entrée était gratuite et l’ambiance super !

 

Ø      Culture

Je suis d’abord allée au théâtre avec le lycée, le jour de la St Nicolas (Mikuláš) qui se fête beaucoup en Slovaquie. C’était une pièce classique avec quelques accents contemporains, d’un auteur dont je ne connais pas le nom.

Un autre jour j’ai aussi eu l’occasion d’aller avec ces élèves au cinéma, voir un film sur les « frères Grimm » en anglais et sous-titré en tchèque, ce n’est pas tous les jours chez nous !

Puis avec Danka et d’autres, en février, on est allé voir « Le monde de Narnia » au cinéma, en slovaque, et j’étais ravie de constater que j’avais pratiquement tout compris !

Lorsque je suis allée à Košice, on est allé voir une pièce de théâtre appelé « Les trois sœurs », d’Anton Pavlovič Čechov dans un magnifique théâtre.


05/10/2006
0 Poster un commentaire