SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

Bienvenue à Karlovac !

Me voici donc enfin arrivée ! Près de 24 heures de voyage - soit 2h30 en voiture sous la neige, puis trajet épique, rythmé par une petite frayeur quand je suis montée dans le mauvais bus au départ de Lyon et les paysages magnifiques des Alpes, puis enfin les 50 petites minutes qui séparent Zagreb de Karlovac - et me voilà à destination. Je suis reçue par ma future collègue et colocataire - la sympathique Agathe - qui me sert de guide. Elle aussi est en SVE au sein de Carpe Diem, depuis 4 mois déjà et vient de France également.

 

Cela me permet donc d'en apprendre un peu plus sur l'association qui va m'accueillir, de la bouche de quelqu'un qui a vécu une expérience similaire à la mienne. A l'entendre, tous sont adorables et très chaleureux et sont comme une deuxième famille pour elle, ce qui est pour le moins rassurant. Nous nous promenons un peu dans la ville - dont le nom se prononce Karlovatz d'ailleurs - et je découvre l'une des quatre rivières qui la sillonnent, non loin de notre résidence. Nous faisons quelques courses, je ne saurais être fidèle à moi-même si je n'avais pas pris le superflu (boîtes de thé et paires de chaussures à foison) mais oublié le nécessaire (serviette de bain et shampoing)

 

Le tour du centre-ville est rapidement fait, on y trouve de charmantes maisons et un élégant théâtre, à l'architecture qui me rappelle quelque peu Vienne et le néo-classicisme du XIX°, mais aussi de nombreux bâtiments désertés. Le quartier où nous vivons et où se trouve le centre est pourvus de barres d'immeubles dans divers états de décrépitude et si tout est très décent et sûr, on ressent néanmoins dans les pierres les vestiges d'un conflit pas si lointain. Lorsque nous passons au centre, mes futurs collègues me demandent d'ailleurs avec humour comment j'ai trouvé "les ruines de Karlovac."

 

 

Il y a néanmoins une convivialité dans l'air, des voisins se saluent, Agathe connaît déjà la serveuse du café où l'équipe aime à se retrouver le soir et s'est rapidement fait des amis parmi les locaux qu'on lui a présenté. Tout ça me donne très envie d'en découvrir plus et d'apprendre rapidement les bases du Croate pour pouvoir mieux communiquer. De ce côté là, les choses seront difficiles, un aperçu du cahier de langue de ma colocataire suffit à m'effrayer. Accents changeant la prononciation, déclinaisons similaires au latin, un genre neutre comme en allemand, des mots slaves dont je ne saurais deviner le sens... Une vraie partie de plaisir qui s'annonce ! Heureusement pour moi, l'anglais est parlé couramment, non seulement au sein de l'association, mais par de nombreux croates. Encore une fois, le sinistre qu'est l'apprentissage des langues étrangères en France est criant en voyant le niveau des gens d'ici. Agathe se débrouille néanmoins parfaitement bien et les conversations peuvent donc être collectives, même si je suis un peu trop fatiguée pour me concentrer sur tout ce qui se dit. Je retiens néanmoins qu'après quatre mois, elle commence tout juste à dire qu'elle parle "un peu" la langue. Ce n'est donc pas gagné !

 

Quelques jours plus tard, la troisième volontaire, Dovile, venue de Lituanie est arrivée et nous avons toutes les trois emménagé dans un plus grand appartement, avec une connexion internet ainsi qu'un lave-vaisselle et une machine à laver, un vrai luxe après mon studio d'étudiante. Notre installation fut aidée par de nombreux employés du centre, avec qui nous célébrons d'ailleurs joyeusement ce déménagement. Cette première soirée tous ensemble me confirme les propos que tenaient Agathe sur la gentillesse de ceux qui nous reçoivent. Une petite virée au restaurant avec mes colocataires et un ami d'Agathe, ainsi qu'un agréable weekend passé essentiellement à l'appartement me rassurent quant à la vie en communauté, à laquelle je ne me suis encore jamais vraiment frottée. Nos personnalités s'accordent assez bien, nous convenons rapidement d'un système pour les courses et Agathe s'auto-proclame cuisinière de la maisonnée, pour notre plaisir tout autant que le sien.

 

 

20150206_142351.jpgVue du "bureau"

 

 

C'est donc avec une impression très positive - et les pieds dans près de trente centimètres de neige - que j'attaque une nouvelle semaine en Croatie !



13/02/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 269 autres membres