SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

Joachim , Estonie.


L'arrivee des beaux jours en Estonie.

Nous sommes maintenant en mai 2019 et contrairement à ce que la légende raconte il arrive que le soleil fasse l'honneur de sa visite a Tallinn. La ville a comme mué, troquant le manteau de neige et de glace qui la recouvrait pour une robe verdoyante faite d'une végétation étonnement variée. Bien que l'hiver en Estonie soit teinté d'un charme indéniable, ces nouvelles températures rendent l'expérience profondément différente dans la mesure où les activités en extérieur sont enfin supportables pour plus de 1h. J'ai donc pu, durant ce dernier mois, découvrir une toute nouvelle facette de l’Estonie. J'ai par exemple eu l'occasion de randonner au sein du parc national de Lahemaa (environ 1h de route de Tallinn), une expérience réellement formidable. Il s'agit d'une immense zone naturelle scrupuleusement protégée. On évolue alors dans une nature intacte et authentiquement sauvage ou d'immenses forêts de pins tapies de mousse verte côtoient les rivages de la mer baltique. Passé une forêt de roseaux, on débarque sur une plage de sable fin qui semblait comme figée dans le temps. Deux petites baraques de pécheur sur le côté, aucun bruit sinon celui des vagues frappant paisiblement les rochers disparates qui jonchent le sol. Sur la droite, a quelque 30 mètres sur une autre partie de la plage, une centaine de grues réunies. Un paysage idyllique comme j'ai rarement eu l'occasion d'en voir. Cette expérience est d'ailleurs indirectement issue d'un des avantages du SVE dans la mesure c'est un autre volontaire Français qui m'a proposé de m'y conduire ainsi que deux autres amis volontaires.

 

Je ne pourrais affirmer avec certitude la raison de ce phénomène, mais j'ai pu observer (pour moi ainsi que pour d'autres expatriés) que les liens amicaux ou romantiques à l'étranger se forment de façon particulièrement rapide et puissante lorsqu'ils ont lieu d'être. Est-ce un besoin de repère qui pousse a établir des ancres émotionnelles ou simplement le partage d'une expérience commune ? Quoi qu'il en soit, ce sentiment d'emphase affective est, je le pense, presque inévitable. 

 

Je me suis un peu égare et aurait pu parler de bien d'autres choses mais l'idée principale reste que le SVE et réellement une opportunité en or et le fait qu'il existe démontre à son échelle l'importance de l'UE. Enfin, n'hésite pas pour l'Estonie. J'avais de de légères réticences avant de candidater n'ayant aucune idée de la vibe que ça allait être mais ça aurait été une grosse erreur d'avoir reculé. Aussi le pays en lui-même est magnifique, Tallinn, bien qu'elle soit très calme, ne manque de rien. Enfin, bien que l'Estonie fasse partie de l'UE, elle se trouve tout de même a quelque 2000km de la France et a subi l'occupation Soviétique et Allemande ce qui en fait un pays a la culture est largement éloignée de la nôtre habité par des gens dont la mentalité est aussi très différente. Parfait pour un léger choc culturel. 

 

Bonne journée,

 

Joachim.

 


13/05/2019
0 Poster un commentaire

Apres 4 mois en Estonie.

Bonjour,

 

Ca fait maintenant 4 mois que je vis en Estonie avec d'autres volontaires dans un appartement de 4 personnes, une Allemande, un Espagnol et une Anglaise : tres bonne ambiance style auberge Espagnol que le SVE permet. Je travaille dans un centre qui acueille des personnes handicapees durant la journee et dont le but est globalement de les occuper a travers differentes activites mais aussi dans une certaine mesure, tenter de les habituer doucement a une rehabilitation. Il s'agit donc les entrainer a faire face a de simple taches du quotidien comme faire la cuisine, menage, faire les courses... Je travaille actuellement dans la partie du centre ou un petit groupe de client travaille le bois. Ma journee classique se deroule ainsi : j'arrive au centre a 9 heure et accompagne les clients dans les projets que moi et ma tutrice avons designe pour eux (nous avons pour l'instant concu par exemple un cochon en bois, un jeu de dame, des epees et boucliers, un banc : en somme des objets aleatoire naissant de la volonte des clients et des idees que nous avons nous meme). Pour moi les aider se traduit biensur par les guider dans ce qu'ils doivent faire pour mener a bien le projet mais aussi par faire moi meme des taches qu'ils ne peuvent accomplir tels que celles impliquant des machines dangereuses. Ensuite on retrouve d'autres groupes de client dans le hall pour y faire des exercices de coordination. Certains jours avec l'aide d'une autre volontaire je donne aussi des cours d'Anglais a un groupe de client dans la matinee. Je mange a 13h et a 14h je supervise les sessions de sport (hokey et foot). Fin de la journee a 3h. Nous avons aussi mis en place une session de bingo le vendredi et je donne des cours de Francais aux gens travaillant dans le centre le lundi. 

 

Le fait que je ne suis capable de communiquer avec les clients qu'a partir de quelques mots que j'ai appris en Estonien et Russe ( oui, il y a enormenent de Russes en Estonie, autour de 25% et je dirais bien 50% au sein du centre) n'est final vraiment pas problematique. J'ai developpe d'autres moyens de communication qui a mon avis m'ont permis de mettre en place une relation differente avec eux que celle que les travailleurs sociaux ont. On porte une attention plus importante au language corporel dans cette situation et on dois aussi accentuer ses propres mimiques et expressions. On developpe une sensibilite differente aux choses et definitivement une approche differente de ce qui se passe dans le centre que les employes qui y travaillent.

 

En conclusion, je me suis tres bien accoutume a l'Estonie que ce soit la culture, les gens qui sont tres accueillant et pres a te venir en aide et meme au temps qui au final apres un bon mois ne parait plus si terrible (apres -23 toute temperature inferieure semble exotique). 

 

Joachim Calloud.

 

(PS : desole pour le manque d'accent j'ecris depuis un pc anglophone).

 


14/03/2019
0 Poster un commentaire

Premier moi à Tallinn

Après avoir été accepté pour une mission de SVE en Estonie, je vous fait part ici de la courte expérience que j'ai eu de ma vie à Tallinn. Je suis arrivé ici il y a un peu plus de 20 jours et la première chose qui a attiré mon atention avant même que je descende de l'avion fût la méteo et surtout le fait qu'il fasse nuit autour de 15h heure Francaise. Surprenant dans un premier temps mais c'est un rythme auquel on s'habitue assez rapidement ! Tallinn est une très belle ville, pittoresque et médiévale en son centre bien qu'elle puisse un peu faire zone commerciale quand on s'en éloigne de ce que j'ai pu voir... Ceci dit on y trouve beaucoup d'activité, qu'elles soient culturelles (musées, galleries...) ou festives (bars, cafés, boites de nuit...).

Concernant mon projet de volontariat, je travaille dans un centre pour handicapé, Juks Tugikeskus. Bien que mon manque de maîtrise de l'estonien soit quelque peu un frein à la communication avec les patients, ce projet sannonce très bien. Le centre et très moderne et les gens très accueillants, ma tutrice est particulièrement adorable. Je m'occupe pour l'instant d'accompagner les clients dans leurs tâches et activités quotidiennes (cuisine, lavage des couverts loisirs...), je fais du sport avec eux et j'ai eu l'occasion aussi de les accompagner durant des sorties au musée. Je devrais bientôt avoir l'opportunité de monter moi même des projets tel que des sessions d'apprentissage de l'Anglais, du Français ou autre le champs qui m'est laissé étant assez large.

 

Bonne soirée à tous.

 


10/12/2018
0 Poster un commentaire