SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

SVE - L'Europe au pied de la Haute-Loire

St Patrick & Cabaret

Comme la plupart d'entre vous le sait sans doute - je ne doute pas que les célébrations sont allées bon train - la St Patrick a eu lieu mardi dernier, le 17 mars. C'est la célébration du saint patron de l'Irlande, celui crédité pour avoir christianisé l'île et chasser les serpents, pas nécessairement dans cet ordre. Parce que le jeûne du Carême (ces quarante jours avant Pâques où l'on se prive de certains aliments) est levé ce jour là et que tout le monde a le droit de manger et boire comme il lui plaît, la St Patrick est devenue au fil du temps synonyme de beuverie internationale. Les nombreux irlandais - et descendants de ou se prétendant descendants de - vivant à l'étranger, notamment aux Etats-Unis et en Australie sont particulièrement friands de cette fête, célébrant leur héritage culturel avec force de Guinness. En Irlande et ailleurs ont également lieu de nombreuses parades, avec musique et danse traditionnelle, où il est socialement acceptable de boire de la bière en plein milieu de l'après-midi. 

 

Pourquoi je vous parle de ça me direz-vous? Et bien, en ma qualité de semi-irlandaise, j'ai été invitée dans une école locale pour présenter l'Irlande et la St Patrick à de sympathiques enfants, d'environ 12 ans. J'ai parlé des plus beaux endroits à voir, des symboles typiques et sports traditionnels (le football gaélique - un savant mélange de foot et de rugby - est une institution là-bas) ainsi que de l'origine de la fête du 17 mars. C'était amusant pour moi, étant donné que je ne célèbre pas vraiment la St Patrick en temps normal. Durant mes années universitaires, il y a bien eu quelques événements sur le campus et dans les bars locaux, mais j'ai rarement fait l'effort de m'habiller en conséquence et c'est bien la première fois que j'en parle autant. Néanmoins, je me suis dit que quitte à marquer le coup, autant faire ça bien. Alors j'ai enfilé une robe verte et porté fièrement le collier orné du claddagh, ce symbole dérivé de la devise du clan du même nom "may we reign in friendship and in love", ce qui peut-être traduit approximativement par "puissions nous régner dans l'amour et l'amitié." 

 

 

st paddies outfit.png
Collier claddagh avec les mains représentant l'amitié, le coeur l'amour et la couronne l'alliance des deux. Et un petit trèfle en bonus ! Puis évidemment, une robe verte pour être dans le thème jusqu'au bout.

 

 

Il était donc fort amusant pour moi d'incarner mes racines irlandaises de la sorte, bien que ce soit également un peu étrange. En effet, je me sens en général un peu plus comme une française d'origine étrangère que 100% Irish, mais depuis mon arrivée ici, mon côté vert ressort beaucoup. Quand je parle anglais, on s'étonne de mon accent si peu frenchie. On me distingue de l'autre volontaire française en appuyant mes origines. On plaisante sur le fait que je suis même une "mauvaise" française étant donné que je voue une haine toute particulière au fromage, sacrilège ultime pour ma patrie. Dans la même veine, on me taquine en disant que je devrais pouvoir consommer de la bière à foison sans aucun soucis. C'est amusant, mais également intéressant en termes de ce qui fait notre culture, notre identité. Evidemment, je ne me résume pas à ma nationalité et je ne suis pas tiraillée entre deux nationalités et héritages radicalement différents, mais cette combinaison toute particulière fait partie de moi néanmoins. C'est une réflexion en passant qui mériterait sans doute d'être creusée un peu plus, mais c'est un sentiment que j'avais envie de partager. 

 

Après avoir fait honneur à mes racines donc, l'heure est venue de renouer avec une vieille passion. J'ai pratiqué le théâtre pendant près de 10 ans, c'était ma spécialité au bac et durant mes années de lycée, je me rendais très régulièrement au théâtre. Une fois à l'université, j'y suis moins allée, pour des raisons variées qui ne justifient rien et je me rends compte que cela m'avait manqué. En effet, samedi soir, nous sommes allées voir un cabaret, intitulé Karlstadt Kunst Cabaret et centré de façon humoristique autour de la ville de Karlovac. La langue a clairement été un obstacle, même si j'ai pu déduire ce qui se passait durant la première partie et que les gags potaches et visuels n'ont pas besoin de traduction. La brièveté du spectacle - environ 1h15 - et sa nature divertissante, avec chanson, danse et pantomime, ainsi que l'enthousiasme communicatif des acteurs et les bonnes trouvailles scénographiques, ont fait que j'ai passé un excellent moment. Je me suis néanmoins rendue compte que la route vers une compréhension - même relative - du croate était longue. Très longue. Mais fort heureusement, cela ne m'empêche pas de profiter pleinement de l'expérience !

 

 

1508153_435141219970574_4681435811411631179_n.jpg
Le joyeux et rafraîchissant Karlstadt Kunst Cabaret !

 



23/03/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 269 autres membres